Des formations d'excellence menant à des carrières artistiques

  • DNSPM - DE MUSIQUE
  • VAE
bottom En savoir plus

 

 

Institut d’Enseignement Supérieur
de la Musique Europe et Méditerranée

 
L'IESM (Institut d’Enseignement Supérieur de la Musique - Europe et Méditerranée) est un établissement d’enseignement supérieur de la musique habilité par le Ministère de la Culture et de la Communication à délivrer le Diplôme National Supérieur Professionnel de Musicien (DNSPM), et le Diplôme d’Etat (DE) de professeur de musique. L’IESM est installé depuis 2013 à Aix-en-Provence.
 

En savoir plus sur le centre IESM

 

 

 

 

 

 

presentation 4images color IESM Institut d Enseignement Superieur Musique EuroMediterranee formation enseignant aix en provence

 

 

 

... en chiffres

étudiants

Professeurs

Diplômes délivrés

Cafés /an

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

Formations / Inscriptions

Vous trouverez ci-dessous les formations dispensées par l'IESM (Institut d’Enseignement Supérieur de la Musique - Europe et Méditerranée). En cliquant sur la formation souhaitée, vous pourrez découvrir la formation, télécharger les documents relatifs, vous inscrire en ligne.

Tout en favorisant le développement de l’excellence artistique de ses étudiants, la formation, par son inscription dans une démarche d’enseignement supérieur et de recherche, par l’acquisition de compétences et méthodologies au service de la pratique artistique et de la structuration d’un enseignement musical, vise trois objectifs :

     . Amener l’étudiant à se placer en situation de recherche, tant du point de vue de sa pratique artistique que de sa pratique pédagogique : définir un projet artistique qui lui soit personnel, trouver des ressources pour le mettre en œuvre, aborder de nouvelles pratiques (improvisation, composition…)

     . Amener l’étudiant à questionner sa relation à l’élève musicien d’aujourd’hui : mettre en œuvre des pratiques pédagogiques différenciées, développer une réflexion témoignant d’une connaissance des principaux enjeux éducatifs

     . Amener l’étudiant à envisager son métier dans le cadre des politiques publiques territoriales : connaître le milieu professionnel dans lequel il va s’insérer, développer une capacité d’être porteur d’un projet sur un territoire.

 

AXE 1 - UNE FORMATION DE TERRAIN

La spécificité du projet de l’IESM repose sur la dimension pragmatique de sa formation, très articulée avec la pratique du terrain :

     . Du point de vue artistique au sein des ateliers de musique de chambre, par l’ouverture aux différentes esthétiques proposées aux étudiants, et par les nombreuses et diverses mises en situation d’artistes réalisées tout au long de la formation (concerts, pratique d’orchestre, coaching instrumental personnel…).

     . Dans le cadre de l’action pédagogique au sein :

          . Des stages de terrain encadrés par des conseillers pédagogiques

          . Des ateliers réguliers de pratique pédagogique conçus comme des lieux d’expérimentation et de recherche permettant de réagir à différentes mises en situation.

     . Dans l’approche des réalités du métier d’enseignant artiste et des fonctionnements institutionnels, dans le cadre des stages en immersion professionnelle notamment.

Ces nombreuses expériences pratiques favorisent la déconstruction raisonnée des représentations artistiques, pédagogiques, et professionnelles des étudiants, et constituent un préalable amenant à une théorisation des apprentissages.

 

AXE 2 - L’APPROPRIATION DES ENJEUX PÉDAGOGIQUES CONTEMPORAINS

Le projet pédagogique de l’IESM est articulé autour de trois axes :

     . L’articulation entre le cours individuel et les pédagogies collectives

Il s’agit de faire prendre conscience aux enseignants stagiaires de la complémentarité intrinsèque existante entre la pédagogie individuelle, dont on connaît l’efficacité dans les aspects techniques de la formation instrumentale et musicale, et l’enseignement à caractère collectif, incluant toutes sortes de pratiques pédagogiques liées au groupe, permettant de répondre aux attentes sociales des collectivités territoriales et des familles.

Au-delà du plaisir immédiat, ces pratiques sociales de la musique sont également celles qui ont le plus de chances de perdurer chez les élèves, par-delà leur formation au conservatoire, dans leur future pratique en amateur, si l’on veut bien considérer que la mission première de l’enseignement spécialisé français est désormais de faire le nécessaire pour qu’un plus grand nombre d’élèves poursuivent leur pratique artistique au-delà des enseignements du conservatoire.

Par ailleurs, ces différentes formes de pédagogies collectives (pédagogie de groupe, travail vocal en ensembles, ateliers instrumentaux, accompagnement...) sont les seules qui permettent à un élève jouant d’un instrument monodique d’avoir un contact direct, sensible, avec la pratique polyphonique de la musique.

Mettre en œuvre des pédagogies collectives demande aux futurs professeurs de maîtriser la direction d’ensembles instrumentaux et vocaux, d’exercer un contrôle harmonique sur l’exécution de pièces polyphoniques, de gérer un groupe restreint, d’accompagner leurs propres élèves, d’arranger des pièces pour eux, de les amener à se produire dans les établissements scolaires pour faire rayonner leur classe.

Ce sont autant de compétences qui n’étaient pas forcément constitutives de leur formation en amont de leur entrée à l’IESM, et que nous avons pour mission de leur faire acquérir.

     . L’intégration organique de la culture musicale au sein de l’apprentissage instrumental

Les disciplines musicales dites « d’érudition » (analyse du langage musical et de la construction des œuvres, écriture, histoire, esthétique) ont trop longtemps été considérées par une majorité de professeurs comme un supplément d’âme par rapport à l’enseignement instrumental.

C’est sans doute parce que, dans leur propre formation, ces disciplines avaient été déconnectées de leur pratique instrumentale : d’un côté on travaillait des pièces avec un « grand » professeur d’instrument (un professionnel reconnu), de l’autre côté on se voyait imposer le cursus des « disciplines complémentaires », axées sur l’étude d’autres œuvres que celles que l’on jouait soi-même.

La formation de l’IESM vise à mêler organiquement ces différentes dimensions de l’apprentissage musical, afin de rendre les étudiants capables de conduire leurs élèves, dès le premier cycle, à analyser les pièces qu’ils jouent sur leur instrument, à en comprendre le langage (à leur niveau), la logique d’assemblage, les ressorts de l’expression, l’ancrage dans le style de leur époque, l’imbrication entre les formes musicales populaires et leurs dérivés les plus savants - toutes ces différentes formes de « culture » étant constitutives de l’autonomie que l’on cherche à développer chez le futur adulte musicien.

     . Le renouvellement des stratégies d’évaluation des élèves

Devant ces nouveaux défis posés à l’enseignement musical spécialisé, la persistance, sous des formes plus ou moins modernisées, des anciens « examens » et autres « concours de fin d’année » mérite d’être réinterrogée. Se défaire de ces anciennes représentations liées aux « examens » ne constitue pas pour autant un projet éducatif pour nos futurs pédagogues.

Encore leur faut-il apprendre à déceler et à décrire les compétences liées à ce que l’on appelle un comportement « musicien » chez un élève, à utiliser un répertoire musicalement exigeant qui révèlera son véritable potentiel musical, à l’aider à mieux identifier ce que l’Etablissement attend de lui, les compétences qu’il doit mettre en œuvre, à cerner son profil d’apprentissage pour l’aider à construire les stratégies de travail personnel qui seront les plus appropriées à sa réussite.

D’où la nécessité, pour nos étudiants de connaître et de pratiquer d’autres formes d’évaluation pendant leur formation, afin de leur permettre de s’engager dans la vie professionnelle avec une boite à outils plus complète :

     . l’évaluation diagnostique (pour identifier les prérequis de l’élève, ses besoins en formation et l’orienter au sein de l’établissement),

     . l’évaluation critériée (à partir d’un référentiel, de critères de réussite, sans rechercher la comparaison entre les élèves),

     . les différentes déclinaisons de l’évaluation formative, de l’auto-évaluation et de l’évaluation par les pairs au sein de la classe, dans lesquels l’élève apprend progressivement à réguler lui-même son apprentissage, en bénéficiant de l’accompagnement de son professeur et de ses condisciples. La motivation et l’autonomie du futur amateur comme celles du futur professionnel sont à ce prix.

     . L’insistance du Schéma d’orientation sur les pratiques collectives serait inopérante si cette dimension de la formation ne se retrouvait pas au cœur de l’évaluation.

 

 

AXE 3 - LE LIEN AVEC LE MONDE PROFESSIONNEL DE LA CULTURE ET DE L’ENSEIGNEMENT ARTISTIQUE SPÉCIALISÉ

Par la ré interrogation des représentations artistiques, pédagogiques et professionnelles des étudiants, et l’intégration de la culture dans le processus de questionnement et de reconstruction des pratiques, la formation offre à chaque futur enseignant les éléments et la capacité d’une appropriation des savoirs, en osant la recherche dans le respect de sa pratique artistique et de l’évolution des arts et du spectacle vivant.

En dépassant les « séparations fondatrices du conservatoire » (théorie/musique, théorie/pratique, collectif/individuel, oral/écrit…), la formation cherche également à développer les capacités de distanciation et de réflexion des étudiants, au bénéfice de la construction de leur projet personnel.

L’accompagnement de l’émergence des jeunes artistes pédagogues et de leur insertion professionnelle est ainsi devenu un objectif essentiel du projet de l’IESM, et s’appuie sur trois axes :

     . La connaissance des enjeux de l’enseignement artistique spécialisé, et des missions d’acteur d’un projet d’établissement sur un territoire,

     . La maitrise des outils de la chaine de production d’un spectacle artistique et pédagogique public,

     . La valorisation de la polycompétence des jeunes artistes enseignants diplômés, dont la richesse des parcours d’études combinés constitue une plus-value significative pour les collectivités territoriales appelées à les recruter.

Dates d'inscriptions aux formations

Dates

Concours d'entrée 2020 DNSPM

Ouverture des inscriptions : Lundi 13 janvier 2020
Date limite de dépot des dossiers d'inscription : Vendredi 20 mars 2020
Epreuves instrumentales et entretiens :
  Mardi 14 avril au 24 avril 2020

Alto: Mardi 14 avril

Basson: Lundi 20 avril 2020

Clarinette: Lundi 20 avril 2020

Contrebasse: Mardi 21 avril 2020

Cor: Vendredi 24 avril 2020

Flûte traversière: Samedi 18 avril 2020

Harpe: Mardi 14 avril 2020

Hautbois: Mardi 21 avril 2020

Percussions: Samedi 20 avril 2020

Piano: Jeudi 16, vendredi 17, Samedi 18 avril 2020

Trompette: Mercredi 22 avril 2020

Violon: Mercredi 15 et Jeudi 16 avril 2020

Violoncelle: Jeudi 23 avril 2020                                                                                                                                

 

Concours d'entrée 2020 DE

Ouverture des inscriptions : Lundi 13 janvier 2020
Date limite de dépot des dossiers d'inscription : Vendredi 6 mars 2020
Epreuves Ecrites : Jeudi 26 mars 2020
Epreuves instrumentales spécifiques et entretiens : Lundi 6 avril (Direction d'ensembles vocaux) et du lundi 20 avril au samedi 25 avril 2020

 

Epreuves orales du concours d'entrée à la formation au DE de Direction d'ensemble vocaux :

Morceaux imposés de l'épreuve d'interprétation :

Le candidat est mis en situation de diriger un ensemble vocal défini et réuni par l’IESM. Les deux œuvres imposées, de styles différents, sont affichées sur le site de l'IESM 5 semaines avant le jour de l’épreuve :

·      « Yver » extrait des Trois chansons de Charles d’Orléans deClaude Debussy

·      « In the midst of life » extrait des Funérailles de la Reine Mary de Henry Purcell

Morceaux imposés de la séance de travail

Une œuvre, tirée au sort, sur la base de 4 œuvres issues d’un programme transmis au candidat 4 semaines avant le début de l’épreuve, sera travaillée devant le jury avec l’ensemble vocal mis à la disposition du candidat
L’œuvre sera travaillée avec un ensemble vocal qui sera en situation de déchiffrage, présenté au candidat au moment de l’épreuve :

·      « O bone, o dulcis, o benigne Jesu » extrait des Cantiones sacrae de Heinrich SCHÜTZ

·      « Der Traurige Jäger » op.75 N°3 de Robert SCHUMANN

·      « Let down the bars, O Death » Op.8 N°2 de Samuel BARBER

·      « Avril » de Léo DELIBES

 

Contact

logo footer IESM Institut d Enseignement Superieur Musique Europe et Méditerranée formation enseignant aix en provence

Institut d’Enseignement Supérieur de la Musique - Europe et Méditerranée

380 Avenue W.A. Mozart
13100 AIX-EN-PROVENCE

Tél : +33(0)4 42 60 43 40Deficients auditifs RVB 20x20

Email : contact[at]iesm.fr

 

 

Nos partenaires

 

       Logo allsh NB       LOGO Region Sud NB                  LOGOTPMMCtropoleSignature NB HD